<< retour aux produits

PRoman

La création de films multimédias faits sous PRoman se démarque des méthodes d’édition standard sous 3 aspects : 1) le positionnement des objets multimédias, dans le temps et l’espace, se fait de manière hiérarchique plutôt que linéaire ; 2) certaines décisions, habituellement prises à l’étape de la production, peuvent être différées à la diffusion ; 3) le temps de déroulement du film s’ajuste selon l’intérêt du spectateur. Les objets, soit les cases, disposés sur la feuille de l’éditeur PRoman, contiennent une ou plusieurs fonctions. Ces fonctions de rendu d’images, de textes, de sons ou de programmations sont liées les unes aux autres suivant une structure hierarchique horizontale. Le déroulement temporel du film se fait en lisant les objets du haut de la feuille vers le bas. Les objets vers la gauche représentent généralement les fonctions concrètes comme « affiche une image » ou « joue un son ». Les objets vers la droite servent surtout à regrouper les objets concrets en concepts comme «séquence », « scène » ou « L’arrivée de Paule ». Ces concepts n’étant pas définis formellement dans le langage PRoman, ils sont donc utilisés librement à des fins d’organisation. Les liens, soient les traits unissant les cases, définissent le type de relation qu’entretiennent les objets entre eux lors de la construction spatiale du film et lors de son déroulement temporel. Chacune des pages est construite en appliquant toutes les fonctions d’une linéarité, en partant d’une feuille (à gauche) et en remontant jusqu’à la racine (à droite). Ainsi, les fonctions communes à l’ensemble du film se retrouveront à la racine. De même, les fonctions plus spécifiques se retrouveront près des feuilles. La succession dans le temps de chacune des pages se fait selon le choix d’un des 3 types de liens unissant les objets d’une génération à l’autre, de la mère à ses filles. Le lien Obligé (en noir sur la feuille d’édition) donnera une succession séquentielle de toutes les filles d’une mère, de la plus haute vers le bas. Un film uniquement construit de liens noirs se jouera séquentiellement comme un film standard. À la projection, les images se succéderont telles que définies au montage. Le lien Permutable (en rouge) choisira aléatoirement l’ordre de succession des filles. Ce choix aléatoire se fera à chacune des projections. Un même film ainsi revu présentera les pages dans un ordre différent, à chaque projection. Le lien Ou exclusif (en bleu) choisira aléatoirement une seule des filles. Ainsi, chaque projection laissera découvrir de nouveaux éléments de contenu. Par la combinaison de ces 3 types de liens (noir, rouge et bleu), on peut construire un film non linéaire et narratif. Non linéaire puisque l’organisation se fait aléatoirement en temps réel. Narratif puisque, malgré l’aléatoire, l’histoire se déroule à l’intérieur d’un cadre voulu donc compréhensible. L’interaction première lors du visionnement d’un film construit sous PRoman repose sur la barre de durée. Le spectateur décide du temps de projection. Cette fonctionnalité est rendu possible par la valorisation de chaque objet. À la projection, chaque feuille sera choisie ou non selon l’importance de sa linéarité (de la feuille à la racine) relative à celle de ses soeurs et cousines. PRoman est programmé en langage « C » sous OsSpec. Il intègre ainsi certaines librairies multimédias associées à la technologie PleinCadre. Pour l’instant, le moteur génératif accepte l’image, le texte et le son. L’animation, de type LopTime, et le vidéo, QuickTime et AVI, y seront prochainement intégrés. Le cédérom Liquidation a été construit avec le logiciel PRoman.